Définitions

Bouddhisme

Psychanalyse

Psychologie analytique

Plan du site

0 – Rappels et définitions : âme, esprit, psychisme

Comparer Bouddhisme, psychanalyse et psychologie analytique nécessite de préciser les termes de psychisme, âme et esprit. Et le simple fait de lire les définitions permet de voir les différences ne sont pas si limpides

0.1    Psychisme :

(source : psychisme — Wiktionnaire, le dictionnaire libre (wiktionary.org))

Étymologie : (1873) Mot dérivé de psyché, issu du grec ancien ψυχή (« âme, souffle de vie ») avec le suffixe -isme.

Psychisme, nom commun masculin

  1. (Psychologie)Esprit ou psyché, en particulier considéré dans sa globalité.
    1. Le psychisme désigne ce qui n’est pas somatique (relatif au corps dans sa dimension physique), il est attaché au corps mais jusqu’à une certaine limite.
  2. (Psychologie) Vie de l’esprit : ensemble de phénomènes participant à l’activité psychique, consciente ou inconsciente, considérée globalement ou partiellement.
    1. C’est une sorte de psychisme, tout comme l’agora-phobie ou la crampe des écrivains, devenue après l’emploi de la machine à écrire, la crampe des dactylographes. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    1. Cet ego, les maîtres hindous parlant anglais l’appellent parfois tout simplement mind : un monde de conceptions, d’idées, d’émotions, de comparaisons, de goûts et de références au passé, que nous traduirons mieux par psychisme que par mental bien que le latin mens dérive du sanskrit manas. — (Arnaud Desjardins, Les chemins de la sagesse, La Table Ronde, Pocket spiritualité, 1999, pp. 104-105)
  3. Ensemble particulier de phénomènes psychiques formant un tout.
    1. Le psychisme inconscient, animal, morbide.

Larousse : Ensemble des caractères psychiques d’un individu, qui fondent sa personnalité.

CNRTL – centre national des ressources textuelles et lexicales / CNRS : A – Ensemble, conscient ou inconscient, considéré dans sa totalité ou partiellement, des phénomènes, des processus relevant de l’esprit, de l’intelligence et de l’affectivité et constituant la vie psychique.

B – Cet ensemble, propre à une personne ou à un ensemble de personne (ou à un animal en tant que pourvu d’une forme d’intelligence). Psychisme individuel, collectif; psychisme animal, humain.

0.2    Esprit :

(source : Esprit — Wikipédia (wikipedia.org) )

Éthymologie : Le mot esprit vient du latin spiritus (dérivé de spirare, « souffler ») qui signifie « souffle, vent ». Il a aussi notamment donné les mots « inspirer » (lat. inspirare) et « expirer » (lat. expirare). « Esprit », ou spiritus, est aussi la traduction du grec pneuma et de l’hébreu ruach.

Le mot « esprit » pouvait se donner à tout ce qui est fort subtil et très actif, on le retrouve donc dans des expressions de l’ancienne chimie comme esprit de vin (alcool) ou esprit de sel (acide chlorhydrique).

L’esprit peut aussi renvoyer au principe de la vie ou à l’âme individuelle. On ne rencontre plus désormais cette utilisation, reprise par Leibniz, que dans les discours théologiques voire mystiques.

L’esprit est la totalité des phénomènes et des facultés mentales : perception, affectivité, intuition, pensée, jugement, morale, etc.

Dans de nombreuses traditions religieuses, il s’agit d’un principe de la vie incorporelle de l’être humain. En philosophie, la notion d’esprit est au cœur des traditions dites spiritualistes. On oppose en ce sens corps et esprit (nommé plus volontiers conscience par la philosophie et âme par certaines religions). En psychologie contemporaine, le terme devient synonyme de l’ensemble des activités mentales humaines, conscientes et non-conscientes.

  • En métaphysique et dans les religions, le mot esprit désigne normalement l’élément immatériel incarné en l’être humain.
    • Par extension se dit aussi de tous les êtres immatériels supposés doués d’intelligence : Dieu, les anges, les démons, etc. : voir esprit (surnaturel).
    • En psychologie, le mot esprit désigne les processus mentaux et la faculté de penser propre à l’homme. Ce terme fut parfois rejeté pour les connotations religieuses ou spiritualistes qu’il convoyait, les auteurs, en particulier dans l’école psychanalytique, lui préférant celui, plus neutre, de psyché. Depuis la fin du XXe siècle, sous l’influence des écrits anglophones, le mot esprit a retrouvé un usage plus fréquent comme traduction du terme mind. On retrouve, par exemple, l’expression dans le titre français d’un ouvrage de vulgarisation par Steven Pinker, Comment fonctionne l’esprit (en).
    • Dans le langage ordinaire, le mot esprit renvoie non seulement à l’activité mentale mais aussi à certaines facultés ou dons intellectuels, particulièrement de vivacité, de finesse, d’humour.

0.3    Âme :

 (source : Âme — Wikipédia (wikipedia.org) )

Étymologie : Mot dérivé du latin anima, « souffle, respiration ». L’âme est à la fois le principe vital et spirituel, immanent ou transcendant, qui animerait le corps d’un être vivant (humain, animal ou même végétal). Par métonymie (une partie représentant le tout) le mot « âme » désigne couramment l’être vivant lui-même, animé par ce principe. On retrouve un emploi similaire avec le mot vie : la vie (principe vital) et une vie (être vivant).

Les représentations symboliques de l’âme sont nombreuses, ainsi que les croyances à son sujet. On en trouve dans la plupart des civilisations à travers des conceptions religieuses, philosophiques, psychologiques ou populaires6. Le terme « âme » est souvent employé comme synonyme d’« esprit ».

De nombreuses connotations religieuses, philosophiques, et psychologiques s’attachent au terme « âme », comme à son synonyme esprit, entré plus tardivement dans la langue française, sous la forme « espirit » au XIIe siècle, orthographiée « esprit » à partir du XIVe siècle. L’âme est unie au corps et à la matière, l’esprit en est détaché ; l’âme assure des fonctions vitales, l’esprit des fonctions mentales.

L’usage commun contemporain oppose les termes « âme » et « esprit ». Le nom « esprit » désigne les facultés intellectuelles de l’Homme, considérées dans leur ensemble, tandis que le nom « âme » signale un esprit humain doté principalement de facultés morales. Si le sens ordinaire du mot âme désigne aussi l’entité ontologique qui se sépare du corps après la mort, le terme esprit signale en outre que l’âme du mort a été raisonnable et pensante de son vivant. L’allusion à la mort évoque aussi le terme « fantôme ».

En résumé :

ÂmeEspritPsychisme
ÉtymologieLatin anima, « souffle, respiration ».Latin spiritus, dérivé de spirare (« souffler ») signifie « souffle, vent ».Dérivé de psyché, grec ancien ψυχή (« âme, souffle de vie »
DéfinitionPrincipe vital et spirituel, immanent ou transcendant, qui animerait le corps d’un être vivantL’esprit est la totalité des phénomènes et des facultés mentales : perception, affectivité, intuition, pensée, jugement, morale, etc.Vie de l’esprit : ensemble de phénomènes participant à l’activité psychique, consciente ou inconsciente
Langage communL’usage commun contemporain oppose les termes « âme » et « esprit ». Le nom « esprit » désigne les facultés intellectuelles de l’Homme, considérées dans leur ensemble, tandis que le nom « âme » signale un esprit humain doté principalement de facultés morales.Esprit renvoie non seulement à l’activité mentale mais aussi à certaines facultés ou dons intellectuels, particulièrement de vivacité, de finesse, d’humour. 

Pour les 3 concepts l’étymologie renvoie à la même notion de « souffle ». L’âme décrit cependant un aspect différent de l’être, c’est à la base ce qui anime le corps, c’est le principe de vie, le principe de base. À partir du moment ou un être devient vivant, qu’il a une âme, il peut avoir des facultés mentales (perception, affectivité, pensées, sentiments, intuition), l’ensemble de ces facultés mentales, leur utilisation sont englobées dans le concept d’esprit. Le psychisme, quant à lui, décrit la vie et le fonctionnement de l’esprit.

La santé mentale se traite au niveau de l’esprit et du fonctionnement de l’esprit, son psychisme. Le devenir de l’être concerne l’âme.

La notion d’âme joue un grand rôle dans les croyances religieuses. Avec ce concept vitaliste, la mort devient moins mystérieuse :

  • Lorsqu’une personne meurt, son âme la quitte, raison pour laquelle son corps devient inerte ;
  • Cette âme pourrait alors aller vers un au-delà (un paradis ou un enfer).
  • Concentrant la fonction vitale essentielle, l’âme est alors porteuse d’un espoir de vie éternelle ou de résurrection ou de réincarnation.